Portes-ouvertes samedi 19 juin 9h à 13h, places disponibles en 3-6 ans et 6-9 ans. Cliquez ici pour en savoir plus

La vie de Maria Montessori (1870-1952)

        Durant ses études, Maria Montessori développe un intérêt pour les sciences, la physique et les mathématiques. En 1890, elle entre en 3ème année de médecine et devient en 1896 une des premières femmes diplômées de médecine en Italie.

En 1898 Le ministre de l’Education Nationale lui confie la direction de l’école orthophrénique (école élémentaire pour des enfants déficients de plus de six ans). N’ayant que peu d’expérience en pédagogie, elle s’intéresse aux travaux de Jean Gaspard d’Itard (médecin spécialisé pour les enfants sourds et muets) et d’Itard Seguin (médecin spécialisé pour les enfants déficients sensoriels). Grâce à ce matériel sensoriel, les enfants apprennent à lire, écrire, compter et passent le certificat de fin d’étude au niveau primaire. Maria Montessori fait la remarque suivante : « Tandis qu’on admirait mes idiots moi je me demandais ce qu’on pouvait faire avec les enfants normaux à l’école normale. »

     En 1907, Maria Montessori ouvre la première « Maison des enfants » à San Lorenzo en Italie pour les enfants des quartiers défavorisés de 3 à 6 ans.Elle décide de faire construire du mobilier adapté à la taille et à la force des enfants. Elle amène des jouets mais constate que les enfants préfèrent se tourner vers des objets du quotidien.

 

La pédagogie Montessori

 L’esprit absorbant de l’enfant 

Maria Montessori compare l’enfant de 0 à 6 ans à une éponge qui « absorbe » toutes les informations dans son environnement proche (odeurs, bruits, sons…). C’est ce qui lui permet de s’adapter à son milieu. Selon elle, les enfants sont des explorateurs naturels, curieux et intéressés, qui savent apprendre spontanément de leur environnemen

 

 

Le rôle de l’environnement 

L’environnement, s’il est adapté à l’enfant, lui permet de s’épanouir de façon autonome (sans intervention de l’adulte).

 

 

 

Le libre choix 

 

L’enfant choisit son activité, sa place, le temps que dure l’activité, le nombre de fois qu’il peut répéter l’activité. L’enfant laissé libre d’agir selon sa propre sensibilité a pour seul but de rechercher une activité qui réponde à ses besoins. Il perd alors tout intérêt à des actes désordonnés et destructeurs. Ainsi autodiscipline et liberté vont de pair.

 

Les périodes sensibles 

Ce sont des périodes pendant lesquelles l’enfant se passionne pour des activités précises et développe à ce moment des compétences spécifiques. Une fois cette période passée, la sensibilité cesse et l’occasion d’une conquête naturelle est perdue à jamais.